On demande des développeurs !

CONTEXTE

Les métiers de développeurs sont en pénurie, la demande reste structurelle dans la mesure ou il y a trop peu d’étudiants dans les filières concernées et que les spécificités des métiers sont en évolution rapide et méconnues du grand public.

Cette demande  provient principalement des autres régions (la wallonie ne représente que 15% de  l’emploi dans les TIC alors qu’elle compte plusieurs centaines de profils dans la ‘réserve’ de main d’oeuvre et que les acteurs comme les centres de compétence sont en mesure de compenser, pour partie , le manque de candidats diplômés.

Il reste difficile d’avancer des chiffres précis (les ‘développeurs’ travaillent dans le secteur TIC mais également dans d’autres secteurs, ils sont issus de différents cycles de formation (du web développeur au développeur dans l’industrie en passant par le développeur d’applications mobiles ou de jeux) et porteurs de diplômes ou certifications sectorielles variées.
Le forem ne gère qu’une partie de l’offre et l’emploi dans les startups ne se matérialise pas en rapport avec les attentes ou analyses.
Nous cherchons à objectiver les évolutions (enquêtes amef, ateliers abilitic2perform, das … cf. prochain article)

 

SOLUTIONS

Faire naître des vocations
Différentes initiatives (agoria, cdc, fiches métiers) tentent de toucher des publics différents comme les jeunes en mal d’orientation ou les femmes réclamées par le secteur pour diversifier les profils.

L’évolution numérique des métiers (numérique = usages) nécessite d’introduire la pensée algorithmique dès l’école (voir articulations)

Activer la réserve de main d’oeuvre
Il existe plus de 1000 profils positionnés sur les métiers de développeur ou web développeur.
Le forem lance une GARMO et va contacter l’ensemble des profils pour vérifier qu’ils restent positionnés sur un de ces métiers, détailler leur dossier via ‘mon profil’, identifier les freins (langues, manque de mobilité …),  remédier au manque d’éléments probants à présenter à l’employeur (cepis/selfie vs. diplôme ou certifications sectorielles) et orienter vers les formations complémentaires (mooc, cdc …)

Lever la question de vocabulaire pour améliorer le positionnement et le matching 
On constate que les termes code ou développeur ont des significations diverses en fonction des acteurs.
Il semble utile de distinguer l’introduction à la pensée algorithmique qui concerne de nombreux profils, des métiers de développeur (formation longue) ou de web développeur (formation courte).
Le plan d’action numérique pour la formation intégre un volet positionnement en permettant à chacun d’évaluer ses compétences numériques (usages) ou ICT (infrastructure et céveloppement) et entamer une démarche réflexive.

Après différents tests avec des publics cible, nous préparons avec les acteurs (formateurs, conseillers, services ouverts) une utilisation intensive de ces outils. 

Améliorer la prise en charge
Le forem à lancé des séances de travail ‘pointcom’ pour permettre aux conseillers d’aborder les spécificités et l’évolution de ces métiers.
Près de 200 personnes ont participé à ces séances.

Adapter l’offre de formation
Le forem a achevé le cycle de validation du Plan d’action numérique  pour la formation et activé la Nouvelle offre de formation, nous travaillons aujourd’hui à l’intégration des nouvelles modalités pédagogiques (moocs, webinaires, IA, réalité mixte, simulateurs, learning labs …).

Actions spécifiques au code
A: coding4all : smart corners  (scratch 3d, visualneo pour intégrer différents langages de programmation)
B: Mooc openclassrooms ouverts à tous les demandeurs d’emploi wallons ou bruxellois
C: numeria.be (offre des cdc)

Intégrer et aider à l’articulation des initiatives

A. Coding pour tous ( coding4all) consiste à introduire la pensée algorithmique (compétence numérique de digcomp) auprès d’un large public.

Le forem va intensifier le partenariat avec les dispositifs wallons (agence du numérique et digitalwallonia.be, pmtic …
wallcode  (scratch, robots thymio …)
– école numérique (équipements identiques dans le cadre du projet compétences clés)
digcomp en FWB : voir educode

B. Formations courtes et ciblées (compétence numérique ou informatique)
Nouveaux acteurs de formation comme becode … et possibilités d’évolutions des statuts (ouvriers du code, emploi court terme, secteur associatif).

C. Formations qualifiantes en relation avec le référentiel ecompetences (competénce informatique)
– Centres de compétences (numeria)

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *